Expositions

Rentré en Belgique en Septembre 2015, Corentin L. présente sa première exposition « Humans Each Side Story – Vie quotidienne en Israël Palestine » à la Cité Miroir en mars 2016. En Octobre 2016, il est invité à la présenter à Lyon puis, en Mai 2017 en banlieue parisienne.

Il revient à Liège (Aquilone) en septembre 2017 puis au Musée Grand Curtius en Mars/Avril 2018.

Il est réinvité en Février – Mars – Avril 2019 a présenter sa seconde exposition « Vie en territoires disputés » au musée Grand Curtius de Liège conjointement avec l’exposition Life in Syria de 5 photographes syriens.

Voici un article de la RTBF au sujet de cette dernière exposition : « Des photos valent mieux que des discours« 

Et un autre de Quatremille : « Exposition Life au Grand Curtius : pour nos Terres« 

12052014-CLaurent-12.jpg

Vivre en Israël Palestine, c’est quoi?

C’est croiser des militaires tous les jours, voir des enfants israéliens escortés par des agents armés pour aller à l’école, arriver en retard car une alerte à la bombe a eu lieu dans le tram…

C’est se rendre compte que chacun a, dans son entourage, une personne victime du conflit (tant Israéliens que Palestiniens, dans une chronologie plus ou moins grande).C’est parler à un Palestinien, l’écouter, tenter de le comprendre, mais ne pas forcément adhérer à tout son discours puis traverser la rue, parler à un Israélien, l’écouter, tenter de le comprendre mais ne pas forcément adhérer à tout son discours.

C’est parler à un Palestinien, l’écouter, tenter de le comprendre, mais ne pas forcément adhérer à tout son discours puis traverser la rue, parler à un Israélien, l’écouter, tenter de le comprendre mais ne pas forcément adhérer à tout son discours.

C’est se promener dans Jérusalem Est et sentir la puanteur d’un liquide punitif déversé par Israël suite à une manifestation.

C’est traverser un checkpoint très régulièrement.

C’est également raccompagner ses collègues arabes dans la vieille ville en parlant anglais pour se faire passer pour des touristes pendant le conflit car elles ont peur…

C’est aller travailler et recevoir un coup de téléphone de sa collègue palestinienne en pleurs qui raconte qu’une roquette est tombée à proximité de sa maison en Palestine.

C’est se demander si son collègue décédé l’est réellement, c’est se demander si son nouveau collègue est digne de confiance.

C’est voir des policiers en civil partout, apprendre à les repérer car ils se montrent suffisamment visibles pour les locaux mais pas assez pour le touriste lambda.

C’est voir des civils armés en faisant ses courses au marché.

C’est admirer les personnes qui vivent ce conflit depuis toujours et qui arrivent à rester souriants et dignes face à la situation.

C’est entendre que lors des sirènes d’alarme dans les rues de Jérusalem, alors que les Israéliens restent calmes et s’abritent, certains Palestiniens lancent des cris de joie, heureux de voir reprendre la résistance.

C’est entendre des festivités d’une fin de guerre sanglante côté palestinien…

C’est entendre un partisan israélien dire que des enfants morts sur une plage « c’est la guerre, c’est comme ça » d’un air indifférent.

C’est revoir des amis proches palestiniens deux ans plus tard qui me disent « on pensait que tu étais juif »

C’est entendre des feux d’artifice et ne plus les associer à des moments de joie car ils sont utilisés comme « seule arme » des palestiniens pour répondre aux israéliens lors des affrontements urbains.

C’est se rendre compte du changement de vision entre l’avant, le pendant et l’après guerre… et se dire que l’avant guerre pour moi était l’après guerre des habitants.

C’est se demander si ce soir, on mange Kasher ou Halal et ne pas voir beaucoup de différences.

C’est se poser des questions sur notre rôle dans cette histoire et essayer de tirer du positif dans le négatif de tout ce conflit.

C’est rencontrer des personnes uniques et belles dans leur globalité et vivre des expériences hors du commun à leurs côtés.

C’est se voir déçu de ne pas arriver à montrer, ici et là-bas, à quel point ces peuples, ces religions se ressemblent.

C’est aimer ces Terres et vouloir y retourner.

Corentin LAURENT

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close